Positionnement


Le Département Carrières Sociales défend un positionnement éducatif fort. Développer une pensée critique, s’approprier des connaissances et être capables d’en produire en contexte : tel est notre projet, pour les étudiant·e·s.

Cela passe par une attention à la pédagogie et aux dispositifs sur lesquels s’appuient les enseignements. S’inspirant des pédagogies actives et des démarches participatives nous créons des espaces d’expérimentation qui permettent de changer et de transformer les rapports des étudiant·e·s – mais aussi les nôtres – au savoir, aux publics, aux espaces. Nous transmettons des démarches et nous co-construisons des outils qu’ils et elles seront en capacité de questionner et de transposer en situation professionnelle.

Ces démarches s’appuient sur le développement d’une dynamique collective comme d’un engagement individuel dans la formation, aussi bien de la part des étudiant·e·s et apprenti·e·s que des membres de l’équipe pédagogique.

Conscients de notre rôle comme lieu de formation pour les territoires (aux échelles locale, régionale ou plus large), nous attachons une importance à penser le développement de nos formations avec un réseau de partenaires solide et toujours en développement. Avec eux, nous contribuons à former des professionnel·le·s qui œuvreront à à la transformation sociale avec les populations. Nos formations ou celles dans lesquelles nous sommes fortement impliqué·es se déclinent ainsi dans une offre cohérente de niveau DUT à Master.


Un appui par la recherche


Les chercheur.e.s du Département, rattachés au laboratoire LIRTES, mènent des recherches qui visent à interroger les inégalités en éducation, leurs modes de production et de reproduction. Ces activités de recherche se concentrent ainsi sur les publics enfants et jeunesses et s’intéressent aux socialisations juvéniles dans des espaces spécifiques où elles prennent place : dans et hors l’école, dans les pratiques culturelles, les espaces de la ville, la « rue », ou au sein d’interventions socio-éducatives. Ces recherches s’ancrent dans le territoire du Département et particulièrement dans ces espaces ou territoires dits « sensibles ».

Les questions des inégalités en éducation constituent un enjeu majeur dans ce territoire fortement hétérogène et caractérisé par des territoires relégués, marqués par les difficultés, mais non exempts d’initiatives et d’actions visant les transformations sociales sur lesquelles la recherche peut porter un regard critique accompagnant l’objectivation des effets de ces actions. L’équipe prend sa place dans ce territoire en travaillant avec ces acteurs, pour une recherche au service de l’action, qu’il s’agisse d’enquêtes auprès d’équipes professionnelles (enseignant·es, travailleurs·ses socia·les·ux, animateur·trice·s socia·les·ux -culturel·les, artistes), de dispositifs, d’institutions, de déclinaison de l’action publique (Programmes de réussite éducative par exemple). Si les travaux de l’équipe s’inscrivent dans le territoire de l’Université Paris-Est Créteil et la région d’Île-de-France, ils sont également menés dans d’autres espaces et à l’étranger pour étudier ces objets au sein d’autres contextes sociaux, politiques et historiques.

L’activité de recherche vise donc autant à nourrir les enseignements qu’à s’en nourrir. Elle peut appuyer les rencontres initiées au Département entre les acteurs et actrices du territoire (lors des rencontres Territoire Acteurs Société par exemple), accompagner les expériences d’observation et de déplacements cognitifs des étudiant·e·s lors des voyages d’études, ou de répondre par la recherche aux préoccupations et questionnements des acteurs et actrices du territoire.